top of page

Les réseaux sociaux : coupables ?

Dans le paysage social et politique contemporain, les médias sociaux jouent un rôle majeur dans les mouvements sociaux. Ils permettent une diffusion rapide de l'information, une mobilisation accrue et une amplification des voix marginalisées. Cependant, il existe des débats sur l'incidence réelle des médias sociaux et la responsabilité qu'ils portent dans les violences urbaines récentes.


Amplification des voix marginalisées


Dans les mouvements sociaux contemporains, les médias sociaux jouent un rôle essentiel dans l'amplification des voix marginalisées. Ces plateformes permettent aux individus et aux groupes sous-représentés dans les médias traditionnels de faire entendre leurs préoccupations, de mobiliser des communautés et de générer un impact significatif. Les médias sociaux ont révolutionné le paysage médiatique en donnant à tous les utilisateurs la possibilité de devenir des créateurs de contenu et des diffuseurs d'informations. Cette démocratisation des médias a permis aux voix marginalisées de trouver une place et de raconter leurs histoires sans dépendre des canaux traditionnels. Facebook, Twitter, Instagram et YouTube ont ouvert des opportunités pour les voix marginalisées de s'exprimer et de partager leurs expériences. Ils ont créé un espace où les individus peuvent se connecter directement avec leur audience sans passer par des filtres médiatiques traditionnels. Ces médias sociaux ont permis l'inclusion d'une gamme plus large de perspectives dans le discours public. Les voix marginalisées, notamment celles des minorités ethniques, des femmes, des personnes LGBTQ+ et des personnes handicapées, ont trouvé une plateforme pour aborder des problèmes qui leur sont propres et pour faire progresser des questions d'équité et de justice sociale. Les médias sociaux ont facilité la mobilité et la diffusion rapide de l'information, permettant aux voix marginalisées d'atteindre des audiences plus vastes et d'obtenir un impact significatif.

Les hashtags viraux sont devenus un moyen puissant pour amplifier les voix marginalisées. Des exemples tels que #BlackLivesMatter, #MeToo et #SayHerName ont généré une prise de conscience mondiale, mobilisé des soutiens et attiré l'attention sur des problèmes spécifiques. Les médias sociaux permettent aux individus de partager leurs expériences en temps réel, renforçant l'authenticité et l'impact de leurs messages. Les vidéos et les témoignages en direct sont devenus des outils puissants pour raconter des histoires et mobiliser des soutiens en faveur des causes des voix marginalisées. Les réseaux sociaux ont favorisé la création de communautés en ligne où les voix marginalisées peuvent se connecter, échanger des idées, partager des ressources et trouver un soutien mutuel. Ces espaces virtuels ont renforcé le sentiment d'appartenance et l'autonomisation des communautés marginalisées.

L'amplification des voix marginalisées à travers les médias sociaux a un impact tangible sur le changement social, en stimulant la sensibilisation, la mobilisation et la création d'un dialogue constructif. Les médias sociaux permettent de sensibiliser le public à des problèmes spécifiques et d'attirer l'attention sur des questions souvent négligées. Les histoires partagées et les témoignages personnels ont le pouvoir de toucher les émotions des gens et de susciter un changement d'attitude et de comportement. Ces réseaux facilitent la mobilisation et la coordination des actions collectives. Les voix marginalisées peuvent mobiliser des foules, organiser des manifestations et lancer des campagnes pour promouvoir des réformes sociales et politiques. Les médias sociaux permettent d'ouvrir un dialogue direct entre les voix marginalisées et les décideurs. Ils favorisent le débat public, l'éducation et la remise en question des normes sociales, contribuant ainsi à un changement de paradigme et à une évolution de la société.


Mobilisation accrue


Dans les mouvements sociaux contemporains, les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans la mobilisation accrue des personnes partageant des préoccupations similaires. Ces plateformes ont permis une coordination rapide, une diffusion de l'information en temps réel et une mobilisation de masse.

Les médias sociaux ont permis une connectivité virtuelle sans précédent, favorisant la diffusion rapide de l'information pertinente pour la mobilisation des mouvements sociaux. Ils offrent une communication directe et instantanée entre les participants aux mouvements sociaux. Les plateformes de messagerie, les groupes en ligne et les fils de commentaires permettent un échange d'informations en temps réel, facilitant ainsi la coordination des actions collectives. La nature virale des réseaux sociaux permet une diffusion rapide et massive de l'information. Les publications partagées peuvent atteindre un public beaucoup plus large et se propager rapidement grâce aux fonctionnalités de partage, de retweet et de repartage. Les événements et les invitations en ligne ont facilité la mobilisation en permettant aux organisateurs de créer des pages dédiées aux manifestations, aux rassemblements et aux actions. Les participants peuvent ainsi s'informer, s'inscrire et inviter d'autres personnes à se joindre aux mouvements sociaux. Les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans l'organisation et la coordination des actions collectives au sein des mouvements sociaux contemporains. Les hashtags jouent un rôle central dans la mobilisation sur les médias sociaux. Ils permettent d'identifier et de rassembler les publications liées à un sujet spécifique, facilitant ainsi la recherche d'informations pertinentes et la participation à des campagnes et à des manifestations spécifiques. Les groupes et les pages dédiées aux mouvements sociaux offrent un espace en ligne pour la planification, la coordination et la communication entre les participants. Ils permettent d'organiser des réunions, de partager des ressources, d'élaborer des stratégies et de mobiliser les membres de la communauté. Les vidéos en direct sur les médias sociaux sont devenues un outil puissant pour diffuser en temps réel les événements, les discours et les manifestations. Elles permettent de créer un sentiment de présence virtuelle, de mobiliser un public plus large et d'encourager la participation à distance. La mobilisation accrue grâce aux médias sociaux a eu un impact significatif sur l'action collective des mouvements sociaux. Les médias sociaux ont permis d'attirer un public plus large et diversifié dans les mouvements sociaux. La facilité d'accès aux informations et la possibilité de participer à distance ont favorisé l'engagement de personnes qui ne seraient peut-être pas impliquées autrement. La mobilisation accrue grâce aux médias sociaux a conduit à une plus grande visibilité des mouvements sociaux. Les actions collectives peuvent être couvertes en direct, partagées et commentées par un public mondial, ce qui amplifie leur impact et encourage les changements sociaux. Les médias sociaux ont également un impact sur l'agenda médiatique traditionnel. Les mouvements sociaux peuvent façonner la couverture médiatique en mettant en évidence des problèmes spécifiques et en exerçant une pression sur les médias pour qu'ils couvrent ces questions. Les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans la mobilisation accrue des mouvements sociaux contemporains en favorisant la connectivité virtuelle, la diffusion d'informations et l'organisation des actions collectives. Grâce aux médias sociaux, la coordination des mouvements, la mobilisation de masse et l'action collective sont devenues plus rapides et plus efficaces. Cependant, il est important de reconnaître que les médias sociaux ne sont qu'un outil et que leur utilisation doit être accompagnée de stratégies réfléchies et de réseaux d'engagement hors ligne pour atteindre des objectifs concrets et durables.


Un Catalyseur pour les Mouvements Sociaux


La diffusion virale de l'information à travers les médias sociaux est devenue un élément clé dans les mouvements sociaux contemporains. Cette capacité à partager rapidement des informations et à les propager massivement a un impact significatif sur la mobilisation et la sensibilisation. La diffusion virale de l'information à travers les médias sociaux est alimentée par divers mécanismes et caractéristiques inhérentes à ces plateformes. Les médias sociaux offrent des fonctionnalités de partage qui permettent aux utilisateurs de diffuser l'information en un simple clic. Cette simplicité et rapidité favorisent la propagation rapide des messages. Les algorithmes des réseaux sociaux jouent un rôle clé dans la diffusion virale de l'information. Ils analysent l'engagement des utilisateurs et favorisent la mise en avant de contenus populaires, ce qui augmente leur portée organique et leur potentiel de viralité. Lorsqu'un contenu commence à être partagé massivement, il peut entraîner un effet boule de neige. Chaque partage supplémentaire atteint de nouvelles audiences, augmentant ainsi l'ampleur et la portée de la diffusion. La diffusion virale de l'information a joué un rôle déterminant dans de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Voici quelques exemples concrets de la puissance de cette diffusion. Les réseaux sociaux ont joué un rôle crucial dans la diffusion des informations et la mobilisation lors du Printemps arabe. Les messages partagés sur les médias sociaux ont permis de coordonner les protestations, de dénoncer les violations des droits de l'homme et d'attirer l'attention internationale sur les mouvements de contestation. Le mouvement #MeToo a commencé comme un hashtag sur les médias sociaux, permettant aux victimes d'agressions sexuelles de partager leurs expériences et de briser le silence. La diffusion virale de ce hashtag a permis de sensibiliser le public aux violences sexuelles, de dénoncer les agresseurs et de générer un mouvement mondial de soutien. Le mouvement Black Lives Matter a bénéficié d'une diffusion virale massive sur les médias sociaux. Les vidéos choquantes de violences policières, largement partagées, ont suscité une prise de conscience mondiale sur les questions de racisme systémique et ont incité à des manifestations et à des actions collectives à grande échelle. La diffusion virale de l'information à travers les médias sociaux a des implications significatives pour les mouvements sociaux et la société dans son ensemble. La diffusion virale de l'information permet de sensibiliser un public plus large à des problématiques spécifiques. Elle joue un rôle essentiel dans l'éducation du public et dans la création d'une prise de conscience collective sur des enjeux sociaux importants. La viralité des messages contribue à mobiliser les individus et à les inciter à participer activement aux mouvements sociaux. Elle crée un sentiment d'urgence et encourage les personnes à agir, que ce soit en rejoignant des manifestations, en signant des pétitions ou en soutenant financièrement des causes. La diffusion virale de l'information met une pression supplémentaire sur les autorités et les institutions. Lorsque les messages deviennent viraux, ils attirent l'attention et obligent les décideurs à prendre position ou à agir en réponse aux demandes des mouvements sociaux. La diffusion virale de l'information à travers les médias sociaux a joué un rôle crucial dans les mouvements sociaux contemporains en facilitant la propagation rapide des messages, en mobilisant les individus et en créant une prise de conscience collective. Cependant, il est important de noter que la diffusion virale seule ne suffit pas à générer un changement social durable. Les mouvements sociaux doivent s'appuyer sur des stratégies complémentaires, telles que l'organisation, la coordination et l'engagement hors ligne, pour transformer la viralité en actions tangibles et en progrès réels.


Diffusion de fausses informations


La diffusion de fausses informations à travers les médias sociaux est devenue un problème majeur dans les mouvements sociaux contemporains. Cette propagation de désinformation peut compromettre la crédibilité et l'efficacité des mouvements, ainsi que semer la confusion parmi le public. La diffusion de fausses informations à travers les médias sociaux peut être attribuée à plusieurs facteurs sous-jacents. Les médias sociaux permettent un partage facile et rapide de l'information, sans vérification rigoureuse des faits. Cela crée un environnement propice à la diffusion de fausses informations, car il n'y a pas de barrières significatives pour empêcher leur propagation. Les utilisateurs des médias sociaux ont tendance à s'engager avec des contenus qui correspondent à leurs croyances préexistantes, renforçant ainsi les écho-chambres. Cela peut conduire à une diffusion sélective de fausses informations, car les utilisateurs sont plus susceptibles de partager des contenus qui correspondent à leurs perspectives. Certaines entités malveillantes peuvent délibérément créer et diffuser de fausses informations dans le but de semer la confusion, de décrédibiliser les mouvements sociaux ou de promouvoir leurs propres intérêts. La diffusion de fausses informations à travers les médias sociaux peut avoir des conséquences néfastes pour les mouvements sociaux et la société dans son ensemble. Lorsque des fausses informations sont partagées au sein des mouvements sociaux, cela peut compromettre leur crédibilité et leur légitimité. Les critiques peuvent exploiter ces erreurs pour discréditer les mouvements et remettre en question leur légitimité. La diffusion de fausses informations peut contribuer à la polarisation de l'opinion et à la division au sein des mouvements sociaux. Les désaccords sur les faits peuvent entraîner des conflits internes et affaiblir la cohésion nécessaire pour un changement social efficace. Lorsque des fausses informations sont largement partagées, elles peuvent détourner l'attention du véritable objectif des mouvements sociaux. Les ressources et l'énergie peuvent être gaspillées à démystifier les informations erronées au lieu de se concentrer sur les problèmes sous-jacents. Pour atténuer l'impact de la diffusion de fausses informations, des solutions potentielles peuvent être mises en œuvre. La sensibilisation et l'éducation du public aux mécanismes de diffusion de fausses informations sont essentielles. La promotion de la littératie médiatique peut aider les individus à développer des compétences pour évaluer de manière critique les informations qu'ils rencontrent en ligne. Il est crucial de promouvoir la vérification des faits et d'utiliser des sources d'informations fiables. Les mouvements sociaux peuvent encourager leurs membres à vérifier les informations avant de les partager et à s'appuyer sur des sources crédibles pour étayer leurs revendications. Les plateformes de médias sociaux ont la responsabilité de lutter contre la diffusion de fausses informations sur leurs plateformes. Elles peuvent mettre en place des politiques strictes de modération et de signalement des contenus trompeurs, ainsi que des partenariats avec des organisations de vérification des faits pour garantir l'exactitude de l'information diffusée. La diffusion de fausses informations à travers les médias sociaux représente un défi majeur pour les mouvements sociaux contemporains. Elle peut compromettre leur crédibilité, semer la confusion parmi le public et affaiblir leur impact potentiel. Pour atténuer les conséquences néfastes de cette diffusion, il est essentiel d'investir dans l'éducation et la sensibilisation


Polarisation et fragmentation de l'opinion


La polarisation et la fragmentation de l'opinion sont des phénomènes de plus en plus préoccupants dans les mouvements sociaux contemporains, amplifiés par l'influence des médias sociaux. Ces divisions peuvent entraver la cohésion et l'efficacité des mouvements, rendant difficile la réalisation de changements sociaux significatifs. La polarisation et la fragmentation de l'opinion dans les mouvements sociaux peuvent être attribuées à plusieurs facteurs clés. Les médias sociaux créent des écho-chambres où les individus interagissent principalement avec des personnes partageant les mêmes opinions, renforçant ainsi leurs propres croyances et excluant les perspectives divergentes. Cela peut conduire à une polarisation et à une fragmentation de l'opinion au sein des mouvements sociaux. Les utilisateurs des médias sociaux ont tendance à rechercher et à consommer des informations qui correspondent à leurs opinions préexistantes, ignorant ou rejetant les points de vue différents. Cette sélectivité de l'information contribue à la polarisation de l'opinion et à la formation de bulles de filtre. Les acteurs malveillants peuvent exploiter les médias sociaux pour manipuler l'opinion publique en diffusant intentionnellement de fausses informations et en exacerbant les divisions existantes. La désinformation peut nourrir la polarisation et contribuer à la fragmentation de l'opinion au sein des mouvements sociaux. La polarisation et la fragmentation de l'opinion ont des conséquences significatives sur les mouvements sociaux et sur la société dans son ensemble. La polarisation de l'opinion peut entraîner des divisions internes au sein des mouvements sociaux, affaiblissant ainsi leur cohésion et leur capacité à agir collectivement. Les dissensions et les conflits internes peuvent détourner l'attention des objectifs principaux du mouvement. La fragmentation de l'opinion peut nuire à l'impact et à la visibilité des mouvements sociaux. Lorsque les voix divergentes se multiplient et s'affrontent, il devient difficile de faire passer un message clair et de mobiliser un soutien massif en faveur du changement. La polarisation et la fragmentation de l'opinion peuvent renforcer les stéréotypes et les préjugés existants. Les individus ont tendance à se regrouper avec ceux qui partagent leurs opinions, renforçant ainsi les biais cognitifs et les jugements négatifs envers les autres groupes. Il est essentiel de trouver des moyens de surmonter la polarisation et la fragmentation de l'opinion pour favoriser une action collective plus cohésive et efficace dans les mouvements sociaux. Promouvoir le dialogue constructif entre les différentes parties prenantes des mouvements sociaux peut contribuer à réduire les divisions et à favoriser une compréhension mutuelle. Il est important de créer des espaces d'échange où les divergences peuvent être discutées de manière respectueuse. Encourager la diversité des voix et des perspectives au sein des mouvements sociaux peut aider à prévenir la polarisation et la fragmentation. Il est essentiel de veiller à ce que les personnes de différentes origines, expériences et opinions soient représentées et entendues. Promouvoir l'éducation à la pensée critique et à la citoyenneté numérique est essentiel pour aider les individus à évaluer les informations de manière objective, à reconnaître les biais cognitifs et à remettre en question leurs propres préjugés. Cette éducation peut contribuer à atténuer les effets de l'écho-chambre et de la sélectivité de l'information. La polarisation et la fragmentation de l'opinion représentent des défis importants pour les mouvements sociaux contemporains, mais il est possible de les surmonter. En encourageant le dialogue, en favorisant la diversité et l'inclusion, et en promouvant l'éducation à la pensée critique, il est possible de renforcer la cohésion et l'efficacité des mouvements sociaux. Il est essentiel de reconnaître que la diversité d'opinions peut enrichir les débats et les actions, et que l'unité et la solidarité sont indispensables pour atteindre des objectifs de changement social positif.


Manipulation et ingérence


La manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux sont des problématiques croissantes, exacerbées par l'omniprésence des médias sociaux. Les acteurs malveillants peuvent exploiter ces plateformes pour influencer les mouvements sociaux, semer la division et saper leurs objectifs. La manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux à travers les médias sociaux peuvent prendre différentes formes, impliquant des tactiques sophistiquées pour influencer les opinions et les actions des participants. Les acteurs malveillants peuvent créer et diffuser délibérément de fausses informations pour semer la confusion et discréditer les mouvements sociaux. Ces informations trompeuses peuvent être conçues pour manipuler l'opinion publique, susciter des réactions émotionnelles et nuire à la crédibilité des mouvements. Les bots et les faux comptes sont utilisés pour amplifier artificiellement certaines voix et opinions, créant une illusion de soutien massif ou de polarisation accrue au sein des mouvements sociaux. Ces comptes peuvent également être utilisés pour répandre des discours de haine, inciter à la violence ou semer la division. Certains acteurs étatiques ou non-étatiques peuvent tenter de manipuler les mouvements sociaux dans d'autres pays pour atteindre leurs propres objectifs politiques. Cela peut inclure la diffusion de désinformation ciblée, la création de faux groupes ou la promotion de discours extrémistes pour déstabiliser les mouvements. La manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux à travers les médias sociaux peuvent avoir des conséquences graves sur leur efficacité et leur crédibilité, ainsi que sur la société dans son ensemble. La manipulation et l'ingérence peuvent générer des divisions internes et des conflits au sein des mouvements sociaux. Cela peut affaiblir la cohésion et la capacité à atteindre leurs objectifs communs, sapant ainsi leur potentiel de changement social. L'ingérence et la manipulation peuvent détourner l'attention des problèmes réels et influencer l'agenda médiatique et politique. Les acteurs malveillants peuvent réussir à imposer leurs propres récits, éclipser les préoccupations légitimes des mouvements sociaux et orienter les débats publics dans une direction qui sert leurs intérêts. Lorsque la manipulation et l'ingérence sont découvertes, cela peut entraîner une perte de confiance et de légitimité pour les mouvements sociaux concernés. Les participants et le public peuvent remettre en question l'authenticité des revendications et l'intégrité des actions entreprises, ce qui peut entraver les efforts futurs. Il est crucial de mettre en place des mesures de protection pour contrer la manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux et préserver leur intégrité. L'éducation à la pensée critique et à la citoyenneté numérique est essentielle pour aider les participants et le public à reconnaître les signes de manipulation et d'ingérence. Il est important de promouvoir la vérification des sources, l'analyse des informations et la sensibilisation aux stratégies de manipulation. Les plateformes de médias sociaux doivent prendre leurs responsabilités en renforçant leurs politiques de lutte contre la manipulation et l'ingérence. Cela comprend la suppression des faux comptes, l'amélioration des algorithmes pour détecter les contenus trompeurs, et la coopération avec les experts en sécurité pour identifier les acteurs malveillants. La collaboration entre les mouvements sociaux, les chercheurs, les organisations de vérification des faits, les gouvernements et les plateformes de médias sociaux est essentielle pour lutter efficacement contre la manipulation et l'ingérence. Ensemble, ils peuvent partager des informations, développer des stratégies de prévention et de réponse, et promouvoir la transparence dans l'espace en ligne. La manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux à travers les médias sociaux sont des défis majeurs à relever.


L'Impact des Médias Sociaux sur les Mouvements Sociaux Contemporains


Les médias sociaux ont indéniablement transformé la manière dont les mouvements sociaux se forment, se mobilisent et atteignent leurs objectifs. Dans cet article, nous avons exploré plusieurs aspects clés de l'impact des médias sociaux sur les mouvements sociaux contemporains. Nous avons examiné l'importance de la diffusion virale de l'information, l'amplification des voix marginalisées, la mobilisation accrue, la diffusion de fausses informations, la polarisation et la fragmentation de l'opinion, ainsi que la manipulation et l'ingérence. À travers chaque aspect, nous avons pu constater les opportunités, les défis et les conséquences liés à l'utilisation des médias sociaux dans les mouvements sociaux.

La diffusion virale de l'information à travers les médias sociaux a un impact considérable sur les mouvements sociaux. Elle permet une sensibilisation rapide à grande échelle, une mobilisation accrue et la diffusion d'idées et de messages clés. Cependant, cette viralité doit être soutenue par des stratégies complémentaires, telles que l'organisation et l'engagement hors ligne, pour transformer cette viralité en actions tangibles et en résultats concrets.

L'amplification des voix marginalisées à travers les médias sociaux est une avancée majeure pour les mouvements sociaux. Les plateformes offrent une visibilité accrue aux voix souvent sous-représentées, permettant ainsi une diversité de perspectives et une sensibilisation aux problèmes spécifiques auxquels ces groupes sont confrontés. Cependant, il est important de veiller à ce que cette amplification soit soutenue par une véritable inclusion et une représentation équitable dans les prises de décision et les actions des mouvements sociaux.

La mobilisation accrue est l'un des atouts majeurs des médias sociaux pour les mouvements sociaux. Ils permettent une mobilisation rapide et à grande échelle, favorisant la participation active des individus dans les manifestations, les pétitions et autres actions collectives. Cependant, il est crucial de canaliser cette mobilisation vers des objectifs clairs et de veiller à ce qu'elle ne reste pas uniquement virtuelle, mais se traduise également par des actions concrètes et des changements durables.

La diffusion de fausses informations à travers les médias sociaux représente un défi majeur pour les mouvements sociaux. Les acteurs malveillants peuvent utiliser ces plateformes pour semer la confusion, discréditer les mouvements et manipuler l'opinion publique. Il est donc essentiel de promouvoir l'éducation à la pensée critique, la vérification des faits et la collaboration entre les plateformes, les experts et les mouvements sociaux pour contrer cette diffusion de fausses informations.

La polarisation et la fragmentation de l'opinion constituent également des défis pour les mouvements sociaux contemporains. Les médias sociaux peuvent contribuer à la polarisation en créant des écho-chambres et en favorisant la sélectivité de l'information. Il est important de favoriser le dialogue, la diversité et l'inclusion au sein des mouvements sociaux pour surmonter ces divisions et promouvoir une action collective plus cohésive.

Enfin, la manipulation et l'ingérence dans les mouvements sociaux à travers les médias sociaux sont des problématiques de plus en plus préoccupantes. Les acteurs malveillants peuvent exploiter ces plateformes pour influencer les mouvements, semer la division et détourner l'attention des objectifs réels. La collaboration entre les acteurs concernés, l'éducation à la pensée critique et la responsabilité des plateformes sont des mesures essentielles pour contrer ces manipulations et préserver l'intégrité des mouvements sociaux.

En conclusion, les médias sociaux ont apporté de nombreux avantages aux mouvements sociaux contemporains, tels que la diffusion virale de l'information, l'amplification des voix marginalisées et la mobilisation accrue. Cependant, ils présentent également des défis importants, tels que la diffusion de fausses informations, la polarisation de l'opinion, la fragmentation et la manipulation. Il est essentiel de tirer parti des avantages offerts par les médias sociaux tout en travaillant activement à surmonter ces défis. En mettant en place des mesures de protection, en favorisant l'éducation et le dialogue, et en promouvant la responsabilité des acteurs impliqués, les mouvements sociaux peuvent optimiser leur potentiel et continuer à lutter pour un changement social positif et durable.


Sources


  1. Castells, M. (2012). Networks of outrage and hope: Social movements in the Internet age. John Wiley & Sons.

  2. Tarrow, S. (2011). Power in movement: Social movements and contentious politics. Cambridge University Press.

  3. Gerbaudo, P. (2012). Tweets and the streets: Social media and contemporary activism. Pluto Press.

  4. Bennett, W. L., & Segerberg, A. (2012). The logic of connective action: Digital media and the personalization of contentious politics. Information, Communication & Society, 15(5), 739-768.

  5. Shirky, C. (2011). The political power of social media: Technology, the public sphere, and political change. Foreign affairs, 90(1), 28-41.

  6. Earl, J., & Kimport, K. (2011). Digitally enabled social change: Activism in the Internet age. MIT Press.

  7. Papacharissi, Z. (2010). A networked self: Identity, community, and culture on social network sites. Routledge.

  8. Castells, M. (2015). Networks of outrage and hope: Social movements in the Internet age (2nd ed.). John Wiley & Sons.

  9. Della Porta, D., & Diani, M. (2015). Social movements: An introduction (3rd ed.). Wiley-Blackwell.

  10. Bennett, W. L. (2012). The personalization of politics: Political identity, social media, and changing patterns of participation. The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 644(1), 20-39.

  11. Bimber, B. (2014). Digital media in the Obama campaigns of 2008 and 2012: Adaptation to the personalized political communication environment. Journal of Information Technology & Politics, 11(2), 130-150.

  12. Poell, T., & Borra, E. (2011). Twitter, YouTube, and Flickr as platforms of alternative journalism: The social media account of the 2010 Toronto G20 protests. Journalism, 12(5), 583-599.

  13. Gerlitz, C., & Helmond, A. (2013). The like economy: Social buttons and the data-intensive web. New Media & Society, 15(8), 1348-1365.

  14. Mason, P. (2012). Why it's kicking off everywhere: The new global revolutions. Verso Books.

  15. Couldry, N., & Mejias, U. A. (2019). Data colonialism: Rethinking big data's relation to the contemporary subject. Television & New Media, 20(4), 336-349.

  16. Boyd, D. (2010). Social network sites as networked publics: Affordances, dynamics, and implications. In Z. Papacharissi (Ed.), A networked self: Identity, community, and culture on social network sites (pp. 39-58). Routledge.

  17. Gerbaudo, P. (2017). Social media and the rise of populist politics. Media, Culture & Society, 39(7), 1052-1068.

  18. Lotan, G., Graeff, E., Ananny, M., Gaffney, D., Pearce, I., & Boyd, D. (2011). The revolutions were tweeted: Information flows during the 2011 Tunisian and Egyptian revolutions. International Journal of Communication, 5, 1375-1405.

  19. Tufekci, Z. (2014). Engineering the public: Big data, surveillance and computational politics. First Monday, 19(7).

  20. McAdam, D., Tarrow, S., & Tilly, C. (2001). Dynamics of contention. Cambridge University Press.

Comentarios


bottom of page